Séparation / Les enfants


Le juge aux affaires familiales prononce le divorce, mais il est aussi plus généralement le juge naturel de la situation des enfants et de l'organisation de la vie familiale.

Il peut être amené à intervenir pendant la durée du mariage, par exemple pour fixer la contribution financière de l'un des époux aux charges du foyer, ou organiser une séparation.

Il a compétence pour statuer sur l'autorité parentale, la résidence des enfants, la contribution alimentaire à leur entretien et leur éducation, le droit de visite et d'hébergement, que ce soit dans le cadre de la procédure en divorce de leurs parents, ou après le divorce, si les mesures relatives aux enfants doivent être modifiées, ou encore pour ce qui concerne les enfants nés hors mariage.


Dans ces deux derniers cas, le recours à l'avocat n'est pas obligatoire. Nous le pensons toutefois préférable et opportun...

Notre éthique ?

Il est évident que les enfants sortent d'autant mieux de la rupture de leurs parents que ceux-ci parviennent encore à échanger et prendre ensemble les décisions qui les concernent. La recherche de l'accord est donc toujours pour nous une priorité.

Voir aussi "La médiation", "Droit collaboratif"

Nous pensons toutefois que les parents séparés qui, à tort ou à raison, ne réussissent pas à s'entendre, ne sont pas pour autant coupables. Ils ont le droit d'être en désaccord, et il arrive aussi fréquemment que l'arbitrage du  juge, fermement sollicité par les avocats, soit préférable à un faux accord, ou encore nécessaire. Il ne faut pas craindre de plaider.