Le mouvement de grève des avocats contre la réforme des retraites

 

 

Je m'associe au mouvement de grève actuellement suivi par les avocats. Au-delà des intérêts corporatistes qui n'ont pas à être méprisés parce que nos métiers sont stressants, qu'ils nous usent et que nous avons, comme tout le monde, le droit de mener et  terminer nos vies décemment, la conception de la société que révèlent les pouvoirs publics ne me convient pas. Lorsque Monsieur DARMANIN déclare sur les ondes un beau matin de décembre, que les avocats "seront les premiers à venir gratter à la porte", lorsque, en gros, leur métier n'aura pas survécu à la révolution numérique et aura disparu, il affiche tout d'abord un mépris qui me dérange: cela fait bientôt 35 ans que je suis venue en Seine Saint Denis pour pratiquer, précisément, ce droit des gens. C'était un choix délibéré, et un engagement. Je n'ai jamais gratté à quelque porte que ce soit et je n'ai pas de leçon de dignité à recevoir. Il nous confirme en second lieu que le but revendiqué de nos dirigeants est donc bien de vider les tribunaux du droit des gens, ce qui me dérange aussi. Il nous dit par ailleurs clairement, ce qui me dérange encore, que, pour lui, une société "moderne" est une société dans laquelle la défense n'est pas nécessaire, pas plus d'ailleurs que la magistrature, finalement... puisque l'avenir glorieux de la Justice, au moins pour les plus faibles, c'est l’algorithme. Pour ce qui me concerne, je ne connais pas de société démocratique sans défense et sans juges. Le désengagement des pouvoirs publics, que Monsieur DARMANIN, croyant ne parler que de nous, a résumé de façon absolument flamboyante en quelques mots, est donc pour moi un pur scandale. 

Laurence GILLET

 

 

 

 

 

 

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© SCP MICHEL ET ASSOCIES